écoute
LFM Radio
en live

En ce moment à l'antenne

Dernier flash info
      flash-info
Dernier flash emploi
      flash-emploi
Atypiques

Les apparences et les stéréotypes, est il possible de les dépasser?

Dans la catégorie des stéréotypes dans le musée des horreurs on retrouve: l’ Arabe voleur , l’asiatique informaticien,la blonde idiote,le mulsuman terroriste, l’antillais nonchalant, le jeune de cité délinquant…des clichés bêtes méchants  et  surtout, malheureusement  parfois plus ancrés dans l’inconscient collectif qu’on ne le pense.
Ces idées préconçues portées à l’égard d’une personne qui rentre dans notre champs de vision, forgeant en quelques secondes un avis favorable ou non. Ces images peuvent vous coller à la peau, ou disparaître pour laisser place à une « personnalité » singulière unique et propre à chacun de nous.

Mardi 21 Mars, Hakima Aya recevait pour illustrer cette idée de singularité deux hommes aux parcours non conventionnels pour une interview croisée: Big John de Paname ancien basketteur professionnel reconverti en physio, gardien du temple de l’un des clubs les plus « select » de la place parisienne ( Cf le Baron) ainsi que François Marna aka Frankwa, champion international de danse ( gagnant du Juste Debout 2016) originaire de Mantes-La-Jolie et fierté du quartier du Val Fourré.

Dans son ouvrage publié aux éditions Anne Carrière en septembre 2016 « Big john de Paname »  se transforme une fois de plus en sociologue de la nuit et de ses excès à travers une série de chroniques désopilantes.
FRANKWA grand vainqueur du Battle de danse Hip Hop Juste Debout catégorie House dance a découvert quand à lui son talent grâce à la passion de la danse qui unit les membres de sa fratrie.

frankwa danse

En parallèle de sa carrière pro,  Frankwa révèle être resté volontairement très impliqué dans la vie associative locale par le biais Start 2 Step son association basée à  Mantes la Jolie afin de «  transmettre à son tour la culture Hip Hop » aux plus jeunes Il prône la mixité aussi bien sociale qu’ethnique; seule compte la volonté de partage et le sens du rythme.
ouvrage

« De Tonight is the night! » à « Désolé ça ne va pas être possible… »

H/ F, position sociale, ethnie orientation sexuelle et style…A la porte d’une boite chacun détail compte, alors exit le costume de comptable et la surcharge pondérale.

Big John, offre son regard à la fois critique et lucide sur une société qui exclue les plus faibles, de la même manière qu’un club huppé de la capitale refoule les pauvres,  les handicapés, les physiques hors norme avec une discrimination encore plus marquée chez les femmes.   » Il y a une grande misogynie dans les clubs selects de la nuit parisienne », des normes imposées par une société élitiste .

Des critères de sélection implacables, et une logique 100% discriminante dans laquelle il est impossible de ne pas voir l’un des reflets  les moins flatteurs de notre société.

 

Des représentations qu’il faut « ré imaginer »  à travers des images et des films innovants. Frankwa et Jonathan s’accordent à dire que les reportages et films réalisés sur la banlieue n’aident pas à l’ouverture d’esprit. Ils estiment à travers leurs expériences, que ce sont les voyages et le dialogue qui permettent de lutter contre les a priori.

 

L’émission se clôture en outre par un portrait en 10 questions de Big John de Paname et Frankwa.

Retrouve ci dessous  l’intégralité de l’émission en cliquant sur le podcast ci dessous:

 

 

Pas de commentaires

Ajoute un commentaire