écoute
LFM Radio
en live

En ce moment à l'antenne

Dernier flash info
      flash-info
Dernier flash emploi
      flash-emploi
IMG_9399

Cette semaine On en parle reçoit Michel Vialay, député LR des Yvelines, membre de la commission développement durable et aménagement du territoire. Le député de la 8eme circonscription revient sur les questions de santé publiques des derniers mois.  

L’ancien maire de Mantes la Jolie a dernièrement porté un regard assez critique sur la gestion de la pandémie du COvid 19. Une gestion considérée par l’élu LR, comme trop centralisée et accompagnée d’une communication anxiogène.

Mais le sujet de santé publique du jour est moins connu de l’opinion, il s’agit de l’exposition aux perturbateurs endocriniens. Michel Vialay préside la mission d’information commune sur les perturbateurs endocriniens présents dans les contenants en plastique. Afin de réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens présents dans les contenants en plastique (alimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques), il appelle à appliquer le principe de précaution, au niveau national, pour protéger les citoyens notamment les femmes enceintes et allaitantes, les nourrissons et les enfants en bas âgeAu micro de LFM il explique ainsi l’impact divers des perturbateurs endocriniens sur notre santé et comment le plastique peut devenir générateur de maladies.

«Chacun de nous ingère environ cinq grammes de particules de plastique, soit l’équivalent d’une carte bancaire chaque semaine… ».

Le député a lancé dans ce sens une pétition en ligne pour la suppression des bouteilles en plastiques consultable sur son site web www.michelvialay.fr.  Enfin l’élu revient sur les raisons qui l’ont amené à monter au créneau le 26 Mai dernier à l’Assemblée Nationale pour le maintien du site Renault de Flins-sur-Seine.

Le « M’en parle pas » de Michel Vialay:«Il faut arrêter de dire que Les Républicains n’ont pas de conscience de développement durable… ».

Retrouvez ci dessous l’émission ON EN PARLE avec le député LR Michel Vialay en intégralité:

Pas de commentaires

Ajoute un commentaire