écoute
LFM Radio
en live

En ce moment à l'antenne

Dernier flash info
      flash-info
Dernier flash emploi
      flash-emploi
13475014_913667618756097_3044038588967129683_o

Daesh a une nouvelle fois frappé en France. L’attentat a cette fois eu lieu dans la petite commune de Magnanville, une terrible nouvelle pour tous les habitants de la région. Très secoués par l’événement, divers hommes politiques et voisins se sont exprimés au cours de cette semaine très agitée.

Lundi 13 juin, le corps d’un policier est retrouvé devant chez lui, allée des Perdrix à Magnanville. Le meurtrier présumé s’est infiltré chez lui et retient son épouse, fonctionnaire de police, et leur enfant de trois ans en otage. Pendant ce temps, Larossi Aballa demande à Daesh de revendiquer son acte et publie une vidéo sur facebook où il appelle à assassiner des journalistes, des hommes politiques et des rappeurs. Le Raid donne l’assaut à minuit mais il est déjà trop tard pour l’épouse qui a été égorgée. Seul l’enfant a été épargné. Ils s’appelaient Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider. L’homme âgé d’une quarantaine d’années travaillait aux Mureaux et son épouse à Mantes-la-Jolie.

L’attention est particulièrement focalisée sur les lieux du crime, encerclés par les policiers, mais aussi à l’hôtel de police de Mantes-la-Jolie. Le maire de Poissy était déjà en train d’organiser une commémoration dans sa ville en l’honneur des deux victimes. L’hommage rendu par Karl Olive est a retrouvé ci-dessous, ainsi que la réaction de Pierre Bédier, président du département des Yvelines, à la venue de Bernard Cazeneuve au commissariat de Mantes-la-Jolie.

Michel Le Bouc, le maire de Magnanville, réagit également à la mort des deux policiers. Une réaction à retrouver sur le lien soundcloud de la radio.

C’est ensuite au tour des habitants de prendre la parole. Nadia habite à Magnanville et a été témoin de la prise d’otage. Un épisode qui l’a marqué. Elle se confie au micro de LFM.

Une minute de silence se met en place le lendemain, allée des Perdrix, ainsi que dans les centres de police. Le maire de Magnanville est présent ainsi que des policiers, des pompiers et une centaine de voisins. Le maire prononce un discours poignant et appelle toutes les personnes présentes à chanter la marseillaise une fois la minute de silence terminée.

Le jeudi, une marche blanche est organisée. Elle part de l’hôtel de police de Mantes-la-Jolie jusqu’à Magnanville, où plus de 2 000 personnes se sont réunies. L’ambiance est particulièrement pesante lors de la marche, où des collègues arborent des pancartes ainsi que des photos des deux victimes.

Entre colère et tristesse, il n’est cependant pas question de se laisser abattre pour les Magnanvillois. Une des personnes présentes s’est exprimée au micro de la radio.

Pendant ce temps, l’enquête continue sur le terroriste. Larossi Aballa vivait aux Mureaux et avait grandi au quartier du Val Fourré, ce qui a donné lieu à plusieurs perquisitions les jours suivants, dont trois de ses proches qui ont été placés en garde à vue. Mais qui est-il ? Un récapitulatif à retrouver sur le lien qui suit.

Une autre marche s’est déroulée dimanche. Cette fois, c’était au tour des musulmans de s’exprimer. De la grande mosquée de Mantes-la-Jolie au commissariat, ils tenaient à insister sur le fait qu’ils n’étaient pas comme ces terroristes et que ces personnes-là ne sont tout simplement pas de vrais musulmans.

Pas de commentaires

Ajoute un commentaire