écoute
LFM Radio
en live

En ce moment à l'antenne

Dernier flash info
      flash-info
Dernier flash emploi
      flash-emploi
migrants

Depuis quelques semaines, la colère gronde à Epône. Et pour cause, le maire de la ville, Guy Muller, est contre l’arrivée des réfugiés. Les migrants provenant du centre d’accueil de Rocquencourt devraient être déplacés dans un hôtel,, le Kimotel d’Epône. Un projet qui coûterait 2 millions d’euros. Selon le maire  » cela est un vrai problème, car il a été mis au courant très tardivement de cette décision de l’Etat. » Le maire ne l’a su qu’en décembre dernier, alors que l’installation était imminente. 

Plusieurs raisons dénoncées par le maire

Plus qu’un désaccord, Guy Muller dénonce plusieurs arguments concernant l’arrivée des migrants. Premièrement, la société qui veut récupérer le Kimotel empêcherait le développement économique de la commune selon le maire. En effet, les cinquante chambres de l’hôtel occupées par les migrants priveraient la création d’emploi dans l’hôtellerie. 

De plus, selon Guy Muller, ce lieu est mal choisi par rapport à son emplacement. Il se trouve à 15 minutes de la gare. Les réfugiés ne pourraient donc pas se déplacer librement et donc s’installer de façon pérenne. 

Une question d’argent

Guy Muller dénonce également la question d’insécurité quant à l’installation des migrants. Pour le maire d’Epône, cette décision n’est pas la meilleure, car les réfugiés ne resteront que quelques mois.  » Ils n’auront pas le temps de s’intégrer ». Par ailleurs, le maire dénonce le fait qu’une entreprise reprenne le projet. Selon lui, il n’est pas toujours questions d’aider les plus démunis. Il explique  » c’est une SARL, une SARL est fait pour faire de l’argent « . 

Pour s’opposer à cette installation la mairie doit présenter un  projet en retour. Mais pour cela, il faut qu’il y ai une possibilité de préemption , acceptée par la préfecture. 

Pour le moment, les transactions entre le propriétaire actuelle et la société n’ont pas encore abouties. Aucune date n’a donc été fixée quant à l’arrivée des migrants à Epone. Seul un réquisitoire du préfet pourrait  débloquer cette installation qui serait immédiate. 

Vous pouvez retrouver notre reportage complet ci-dessous : 

Pas de commentaires

Ajoute un commentaire