écoute
LFM Radio
en live

En ce moment à l'antenne

Dernier flash info
      flash-info
Dernier flash emploi
      flash-emploi
bourse l'Oreal-Unesco

Chaque année, une bourse l’Oréal-Unesco est remis aux femmes chercheuses les plus prometteuses.Pour 2017, 3 femmes yvelinoises ont été choisies parmi les 30 lauréates pour leurs recherches qui vont influencer le monde de demain.

Changement climatique, énergie renouvelable, accessibilités aux soins, tous les thèmes ont été analysés puis sélectionnés. Le but : mettre en valeur le travail et le talent de ses femmes de l’ombre, et les aider dans leurs carrières.

Parmi les 30 lauréates sur les 1000 candidatures, Sophie Marbach. A 24 ans, elle est doctorante au Laboratoire de Physique Statistique de l’École Normale Supérieure et s’intéresse au transport de l’eau à très petite échelle, et notamment aux processus de filtration. L’avenir de demain selon elle. Elle explique  » nous avons utiliser le même système de filtration qu’une passoire avec des pâtes ».

La bourse l’Oréal-Unesco, booster de carrière

La bourse L’Oréal-Unesco est un booster de carrière. Les femmes sont souvent sous estimées dans le milieu de la science. Seulement 28/% des chercheurs dans le monde sont des femmes et seulement 3% des Prix Nobels scientifiques leur ont été attribués.Blandine Monel est en deuxième année de doctorat à l’université Paris Diderot. Elle cherche à comprendre l’évolution de l’ongle et du pouce opposable. Pour elle, le milieu évolue, mais cela reste compliquée à cause de stéréotypes.  » Les jeunes filles n’osent pas forcément se lancer dans le milieu, car depuis le plus jeune âge, les stéréotypes prétendent que la science et le milieu de la recherche est un monde typiquement masculin. Et cela ne change pas forcément ».

Démocratiser la science

Cette bourse a pour objectif de démocratiser la science. La bourse L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science, est en partenariat avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’UNESCO. Elle leur permet de toucher un montant de 15 à 20 000 euros. Un beau petit plus pour Séverine Toussaint. Cette jeune femme a été récompensée pour son parcours et ses travaux sur le virus Zika. Elle cherche à comprendre comment le virus Zika agit pour détruire les cellules humaines.

Les femmes ont reçu leur prix, elles espèrent désormais évoluer dans leurs recherches et leurs carrières.

Vous pouvez retrouver notre reportage complet ci-dessous :

Pas de commentaires

Ajoute un commentaire