écoute
LFM Radio
en live

En ce moment à l'antenne

Dernier flash info
      flash-info
Dernier flash emploi
      flash-emploi
couverture revial

Julien Revial a travaillé durant 1 an dans une cellule de déradicalisation basée à Aulnay sous Bois ayant fermé depuis septembre dernier. Il revenait sur le contenu de son ouvrage à travers une interview téléphonique jeudi 23 mars dernier.

L’étudiant de 24 ans,auteur de Cellule de Déradicalisation, chronique d’une désillusion sorti en septembre 2016 aux éditions Michalon, aborde dans ce livre le sujet crucial de la prévention de la radicalisation des jeunes .

Si son livre s’ouvre sur une citation de Roland Barthes  « La France est atteinte d’une surproduction de gens à diplômes polytechnicien, économistes, philosophes et autres receveurs qui ont perdu tout contact avec le monde réel…  « , le jeune homme nous relate son expérience bien réelle au sein d’une cellule qu’il qualifie avec le recul de laboratoire médiatique en phase de rodage.

Sa mission commence en avril 2014, suite à une recherche d’un job étudiant. Sans le savoir il se retrouve au cœur d’une structure associative qui sera présentée comme le fer de lance des cellules de déradicalisation nationales. Cette cellule avait en effet fait l’objet de plusieurs articles, unes, et reportages TV dès son ouverture.  Il dénonce de son coté les différents dysfonctionnements : lenteurs administratives, manque de qualification des intervenants ( 12h de formation au sujet de la radicalisation)  et des bilans d’activités dans lesquels les chiffres sont systématiquement gonflés ( équipe et public).

Un public diversifié, une question d’intérêt général. 

Julien Revial analyse aussi  à travers son expérience qu’aucune communauté n’est épargnée par le phénomène « les prédicateurs religieux ne sont pas racistes.. » et estime que la vulnérabilité des jeunes  face à cette nouvelle forme d’embrigadement tient en partie au délitement des missions et des pouvoirs de l’Etats, qui les rendraient à la merci des référents religieux .

Il y aurait selon 22 cellules de suivi en France.

Retrouvez son interview menée par Hakima Aya sur LFM Radio en  cliquant sur le podcast ci dessous:

Pas de commentaires

Ajoute un commentaire